Sur les abonnements

je loue mes bureaux, j’achète mes stylos.

je loue mes bureaux,

Ça ne me choque pas de payer un abonnement pour un service d’hébergement (Dropbox, sauvegarde, voir Day One 1, de payer en gros pour de la location d’espace ou de services récurrents.
Ça me paraît encore plus logique de payer des abonnements pour des services fournissant du contenu que je consomme régulièrement (Deezer, spotify, Media d’information…), même si dans le cas des services musicaux, le taux de rémunération des artistes est, malgré l'abonnement, malheureusement particulièrement bas.

j’achète mes stylos.

Par contre je ne vois pas pourquoi payer la location d’un programme que j’héberge, dont je peux avoir l’utilité en toutes circonstances, et qui est un service «fini » .
La seule exception que je fais concerne Adobe Photoshop, qui est un outil professionnel que j’utilise tous jours. Je lorgne vers Affinity photo, qui est vraiment très bien, pour remplacer Adobe Photoshop, mais il n’interprète pas bien les textes dans les fichiers psd, ce qui est un gros problème, pour moi, dans mon flux de travail. Le tarif de l’abonnement à Adobe Photoshop (+ lightroom) étant de 12€/mois, cela permet de lisser le prix de l’application, qui dans ses dernières versions sans abonnements était vendu au delà de 800€.

Exemple

Ainsi le passage à l’abonnement de Ulysses, que j’ai déjà longtemps hésité à utiliser, le trouvant déjà un peu cher, me déçoit particulièrement. Ulysses est un très bon programme d’écriture, sur base de markdown, il présente une interface soignée, des fonctions poussées, bref, c'est sans doute un des meilleurs de sa catégorie2. Mais cela reste un stylo, un outil de base d'écriture en plain text, qui peut sans trop de dommage être remplacé par un autre programme de rédaction, ils sont pléthore.

Sans garantie

L'abonnement à une application est né d'une logique destinée à garantir la pérennité des applications en garantissant au développeur des revenus réguliers. Mais il ne garanti rien à l'utilisateur, au client. Il représente juste une rente pour le développeur.
Pour reprendre un abonnement que pourtant j'ai souscrit, Adobe Photoshop évolue très peu depuis son passage à l'abonnement : on peut considérer que c'est une application mure, mais certains outils mériteraient quand même que l'on s'y penche un peu.

Ces dernières décennies, le cycle de vie d'une application était à peu près de 3 ans, avant une nouvelle version majeure apportant de conséquentes nouveautés, qui entrainait une mise à jour payante.
Les tarifs des abonnements pratiqués actuellement équivalent à une mise à jour majeure tous les ans… mais il n'y a pas une mise à jour d'importance tous les ans.

C'est une mode et un modèle économique (voir juste financier) poussé par Apple. Certaines applications, parfois beaucoup plus modestes proposent des abonnement mensuels sous IOS, et il est permis de douter de la pérennité de ce modèle.
Certains éditeurs en sont revenus, changeant leur modèle économique parfois très rapidement, sans doute faute de base utilisateur suffisante. Le défaut de ce modèle est la difficulté d'attirer de nouveaux utilisateurs : pourquoi se lancer sur Ulysses, qui est certes pas loin d'être une référence, mais pas encore un standard3, alors que d'autres applications font la même chose avec élégance, pour un tarif fixe et moindre4.

Une mode ?

Dans cette vague, qui fera, à mon avis, à terme beaucoup de dégâts, certains éditeurs tentent des adaptations au modèle de l'abonnement basique. Certains proposent des formules – mise à jour de sécurité et de maintenance gratuite et versions nouvelles régulières (annuelles) qui nécessitent de repayer l'app – d'autres des fonctionnalités étendues – service hébergement ou contenu– d'autres encore restent sur un modèle “traditionnel”, mais tous se posent la question.

Set app

Dans ces alternatives, Setapp propose, sur mac, quelque chose d'intéressant : un abonnement à prix fixe pour une série d'application. La liste est longue, la liste est belle (de très bons programmes dans ce lot). C'est une alternative aux bundle d'applications que proposent régulièrement certains sites. À 10€/mois cela peut être intéressant car il y a bon nombre d'applications de référence dans le lot, (dont Ulysses, version Mac) et que la liste s'allonge régulièrement. Dans mon cas personnel, ce ne serait pas pertinent, car je possède déjà une grande partie du catalogue. 😉

Mise à jour 2018 : Finalement, après avoir gagné un an gratuit d'abonnement à Setapp, je me suis réabonné, ce qui me permet d'utiliser quelques applications sans avoir eu à payer des mise à jour, et d'essayer un grand nombre d'utilitaires à la volée.

Conclusion

Dans la mesure du possible, je loue mes bureaux, j'achète mes stylos semble être une bonne ligne de démarcation, pour trier ce qui est pertinent en matière d'abonnements. En se posant la question de ses usages, de l'apport d'une application, il est rare de ne pas trouver d'alternative de qualité à une application dont on pense ne pas pouvoir se passer.


  1. mais dans ce cas là c’est un peu plus complexe, j’aurais apprécié qu’ils conservent une version application classique, sans hébergement. D’ailleurs je n’ai pas d’abonnement à Day One↩︎
  2. même si pour l'écriture de projets complexes je préfère Scrivener↩︎
  3. c'est une des clefs. ↩︎
  4. Ulysses est simplement un éditeur de texte. ↩︎

Exporter ses calques psd à différentes tailles juste en les renommant…

Une astuce qui va me faire gagner pas mal de temps, et m'éviter bien des scripts :

avec Photoshop CC1 il est possible d'exporter ses calques (ou dossiers de calques formant une image) à differentes tailles (unités ou pourcentages), en png ou jpg, en jouant sur la qualité, dans differents dossiers ou sous dossiers, juste en les nommant.
J'adore !

Génération de fichiers d’image à partir de calques


  1. je sais, c'est pas de l'année, mais j'ai longtemps résisté à l'abonnement en restant avec ma vielle CS6… ↩︎

Piqueur de couleurs : Sip

Sip

Un color picker pour écran, compatible photoshop et illustrator.

Un piqueur de couleurs (traduction personnelle) pour écran sert à prélever une couleur n’importe où sur votre écran, souvent afin de la réutiliser dans une application, une image, ou une interface. Très utile pour identifier une couleur, la récupérer (d’une image dans le navigateur par exemple, ou n’importe où sur l’écran donc), la réutiliser.

Sip est un piqueur de couleurs disponible sur Mac App Store, jusqu’ici rien d’original.
Activé, il présente une loupe permettant d’aller chercher la couleur d’un pixel (ou d’une zone de l’écran).

Sip, par rapport à ses concurrents présente plusieurs avantages :

  1. Il couvre à peu près tous les formats de couleur connus (rgb, cmyk, Hex, HSL… une trentaine), affiche la valeur des couleurs, et leur nom (en anglais).
  2. Il vient se loger dans la barre des menus, mais peut être appelé par un raccourci clavier configurable (Ctrl+Alt+p chez moi)
  3. Dans la barre des menus, son historique, au nombre de couleurs configurable, supporte le drag&drop (on tire la couleur vers la palette couleur de l’application)
  4. Des raccourcis claviers (cmd+clic) permettent d’envoyer directement les couleurs vers Photoshop, ou Illustrator en avant plan ou en arrière-plan (Alt+clic, tout ça configurable dans les préférences) ce que ne font pas la plupart de ses concurrents, qui souvent se contentent des applications compatibles avec la palette de couleur Apple.
  5. On peut appeler la palette système, partager une couleur par mail, changer le format de couleur à la volée, etc.

Sip est donc le piqueur de couleurs le plus efficace et complet que j’ai essayé jusqu’à maintenant, encore une facilité dont j’aurais désormais du mal à me passer.
Ah oui, il est gratuit (OSX 10.9 or later, 64-bit).

MàJ 2020
Sip existe toujours et est disponible soit pour une dizaine d'euros/an, soit via Setapp.

Copier-Coller

Copier/coller du texte, juste du texte…

-

Il est souvent agaçant de coller du texte dans un traitement de texte ( Word, Open Office, Page, rich text .rtf …) et de constater que ce texte garde son formatage (typographie, taille, graisse) plutôt que de prendre le style du texte d’arrivée.

Dans la plupart des logiciels de texte, dans le menu édition se trouve la fonction Coller sans style*, accessible par le raccourci clavier alt + shift + cmd + V (Page, Text edit…, ou shift + cmd + V (Evernote…), Cela ouvrant parfois une fenêtre demandant le type de collage que l’on désire : texte non formaté (Word, Open office…), Ou pas de raccourci clavier du tout. 🙁

Les raccourcis clavier à 3 ou 4 doigts étant bien longs, leur absence obligeant à de longs déplacements de curseur, le raccourci cmd + V étant le deuxième raccourci le plus évident de la saisie par clavier (après cmd + C ;), il est fort dommage de ne pouvoir l’utiliser sans surprise dans un traitement de texte mis en forme.

Pour remédier à cela il existe plusieurs solutions :

La solution Terminal :

Taper dans le terminal *:

defaults write .GlobalPreferences -dict-add NSUserKeyEquivalents "Paste and Match Style" -string "@v"

a pour effet de supprimer le style du texte copié : au collage le texte prendra le style du document d’arrivée, exactement ce que nous cherchons à faire si vous avez suivi, Mais…
L’inconvénient de cette méthode est double :
1. Si on veut coller du texte avec le style de départ ça ne sera plus possible
2. Les images ou autres éléments à copier/coller ne seront plus pris en compte.

Une solution simple et pratique

réside dans l’utilisation de l’utilitaire FormatMatch(gratuit- 10.6.6), qui vient se loger dans la barre des menus et qui permet simplement d’activer, ou de désactiver le collage sans le style (dans la barre des menus ou grâce à un raccourci clavier que l’on aura pris soin de définir).

Indispensable !

*(Paste and match style, Coller et appliquer le style, Coller et adapter le style ou encore Collage spécial…)
* tiré de Mac 0S Hints