Claviers et iPad — et comment passer de Qwerty en Azerty

Sur un iPad il est souvent agréable de pouvoir disposer d’un vrai clavier, un clavier physique.
Les solutions sont nombreuses, du smartkeyboard d’Apple à l’adaptateur USB en passant par n’importe quel clavier Bluetooth. Il existe aussi plusieurs claviers virtuels tiers intéressants pour optimiser ses frappes.

J’utilise à peu prêts tous les types de claviers pour communiquer avec mon iPad.

Les claviers virtuels

  • Le clavier de base, en AZERTY,
  • le clavier SwiftKey, qui permet de laisser glisser son doigt d’une lettre à l’autre pour « prèdire » la frappe. Certains détestent, d’autres adorent, il y a comme toujours une question d’habitude.
  • Mise à jour : avec iOS 13, le clavier réduit, en pinçant à 2 doigts, permet de glisser d’une touche à l’autre, et ses prédictions sont encore meilleures qu’avec SwiftKey. Ça ne fonctionne que si le clavier est réduit (format comme sur téléphone)
  • Le Clavier Myscript–Stylus qui permet d’écrire à la main, en cursive, mais qui n’est malheureusement plus distribué, l’éditeur préférant se concentrer sur son application de reconnaissance d’écriture (un must) Nebo, dont je me sers régulièrement pour écrire, mon écriture manuscrite étant retranscrite plutôt correctement. Avec le split screen et le « glisser-déposer » Nebo est aussi une option efficace pour saisir du texte.
  • Le clavier de Base en QWERTY, quand j’écris en anglais
  • Le clavier de Copied, un gestionnaire de copier/coller qui ne me sert que dans des cas particuliers.

Les claviers externes

J’utilise aussi des claviers externes, beaucoup plus pratiques pour taper de longs textes, des raccourcis clavier, ou simplement pour dégager une grande partie de l’écran de l’iPad.

  • Un clavier Bluetooth Key to go de Logitech m’accompagne en permanence. Il réside au fond de mon sac, et me sert beaucoup avec des logiciels iPad utilisant des raccourcis clavier.
  • Le logiciel MacOS Typeeto, vient occasionnellement me seconder. C’est un programme qui permet, à partir d’un mac de taper du texte sur un périphérique iOS. Dans les faits il me sert très régulièrement avec 1 un iPhone, (en particulier pour WhatsApp ou Instagram, applications qui ne sont pas optimisées pour iPad)  beaucoup moins sur l’iPad. Il fonctionne aussi avec des périphériques Androïd.
  • Un Clavier étendu Apple, en USB, connecté avec un adaptateur, me sert régulièrement, comme ici, à taper de long textes. On n’a pas fait mieux en termes de qualité de frappe.

AZERTY, QWERTY…

Malheureusement, parfois, le clavier « saute ». Il passe en QWERTY, et me voilà qvec un texte ,ql fichu plein d4invertions de lettres<

Heureusement, si je n’ai pas (encore) trouvé comment, et pourquoi, le clavier sautait, j’ai trouvé comment le rétablir simplement :

  • Si vous utilisez plusieurs types de clavier virtuels, certains fonctionnent en AZERTY, d’autres en QWERTY.
    Lorsque vous branchez un clavier physique, en Bluetooth ou en USB, il arrive que la frappe bascule sur un clavier non désiré, typiquement d’ AZERTY en QWERTY.
    Pour rétablir un autre clavier virtuel correspondant mieux à votre périphérique il faut appuyer sur la touche fn, qui permet de choisir son clavier.

    Cela permet de rétablir un clavier correspondant à votre frappe.
    Si vous avez des habitudes ou des astuces permettant de faciliter la frappe sur iPad à l’aide de claviers tiers, n’hésitez pas à partager en laissant un commentaire, je retourne taper.

Bonus :

Un lien vers une fiche technique d’Apple qui peut vous servir, si, comme moi,  vous vous retrouvez avec le clavier au milieu de l’écran, ou dissocié.
Quand ça m’est arrivé, j’ai d’abord pensé à un bug, alors que c’est une fonction.


Mise à jour : avec IOS 13 on prend rapidement l’habitude de pincer, écarter à 2 doigts pour réduire ou déplacer le clavier.


  1. à noter que certains caractères diffèrent. Ainsi, avec Typeeto pour taper le dièse (ou hashtag), il me faut faire ⌥+⇧+ £ 

Désinstaller, réinstaller… applications macOS, mai 2019

Il m’arrive souvent de faire du tri dans mes applications.
Désinstaller d’anciennes applications obsolètes, dont je n’ai pas l’utilité, qui font doublon ou qui sont devenues inutiles par une mise à jour du système. Bref, d’aller vers un peu de minimalisme numérique bénéfique à ma productivité. Les applications dont parle ici, sont des logiciels de qualité, qui ont toujours passé le stade du simple essai. C’est toujours avec une certaine hésitation et une pointe de regret que je les supprime.
Certains programme ne tournent que sur mac, d’autres sont multiplateforme.

M=mac, W=windows, L=linux, C=Chrome, iOS=iOS…

Il m’arrive aussi de réinstaller des applications que j’avais supprimées.
Pour leur redonner une chance ou parce qu’elles ont (re) trouvé une place dans mon workflow.

Ainsi, en ce pluvieux mois de mai, sur macOS, version Mojave, j’ai procédé à quelques désinstallations et réinstallations.

Désinstallation macOS

Emportés par la vague ce mois-ci :

  • Monosnap (MWC) un excellent logiciel de copie d’écran, puissant et gratuit, que j’utilisais avec bonheur depuis des années. La fonction de copie d’écran de macOS Mojave ayant fait d’énormes progrès, il ne m’est plus utile. Pourtant il garde des arguments : une fonction de copie d’écran vidéo, et un système de stockage vers le web.
    Si la copie d’écran sous Mojave vous intéresse, je vous renvoie vers le très intéressant livre d’Audrey Couleau consacré au sujet.
  • iThoughtsX (MWiOS). Un logiciel de mindmapping, excellent lui aussi, que j’ai remplacé depuis quelques mois par MindNode(MiOS). Ces 2 logiciels étant disponibles dans mon abonnement Setapp(M), je pourrais facilement rechanger d’idée prochainement. Pour l’instant je favorise MindNode, plus coloré et offrant un menulet permettant d’esquisser, à partir de la barre des menus de macOS, un début de plan.
Menulet mindnode
  • FoldingText — Plain text productivity for Mac users (M), cet excellent programme d’écriture en markdown, dont le développement est un peu erratique, avait pourtant une fonction bien pratique : Fold. En effet avec cette application, les chapitres définis par des niveaux de titre peuvent être masqués d’un simple clic. Une fonction que j’aurais bien aimé retrouver ailleurs, mais qui finalement n’est pas si primordiale.
  • Retrobatch, from Flying Meat (M), programme très bien conçu (par les développeurs d’Acorn, un programme que j’apprécie) pour automatiser des traitements d’image. Mais entre Photoshop et Graphic Converter, je n’ai pas vraiment l’utilité d’un programme supplémentaire pour ce genre de tache (entre $30 et $50€).
  • Unite for macOS pour transformer des sites en application. Disponible via Setapp, cette application est très bien, elle fait exactement la même chose que Fluid – Turn any webpage into a real Mac App (qui est un peu moins cher), mais finalement, dans un souci de minimalisme, je préfère des signets dans mon navigateur pour ces types d’applications qui souvent servent à résoudre un besoin spécifique.
  • ID Util, un programme trouvé pour pouvoir visualiser des fichiers inDesign sans InDesign, mais pour que ça marche il faut que le fichier indd ait bien été pensé avec prévisualisation (preview)… Bref un programme pas très efficace ni utile.

Voilà pour ma vague de désinstallation de ces dernières semaines.
Je pourrais y ajouter quelques autres programmes qui ont cessé de fonctionner sous macOS Mojave (comme le regretté ControlPlane | Context Sensitive Computing qui me simplifiait bien la vie, en particulier avec les imprimantes.)

Lemke98

Re installations macOS :

  • GraphicConverter (M), cet excellent logiciel de manipulation d’images, dont je m’étais débarrassé, car parfois complexe et faisant doublon avec d’autres logiciels du domaine, est revenu dans mon workflow. Sa puissance est exceptionnelle, bien que sa richesse le rende parfois confus. Pour la petite histoire, c’est le premier « shareware » que j’ai acheté, c’était au siècle dernier.[1].

Installations… pour Test

  • Drawpile (MWL), programme de dessin, mais collaboratif en ligne, à tester, avec d’autre dessinateurs.

Pour désinstaller mes applications, j’utilise en général AppCleaner, programme gratuit qui permet de supprimer les fichiers divers liés aux applications en même temps que celles-ci. Il m’arrive aussi parfois de le faire avec CleanMyMac X (qui est inclus dans l’abonnement Setapp).


  1. bon il y a eu quelques renouvèlements de licence depuis.  ↩

Alternatives Adobe™

Il existe de nombreuses alternatives à la suite Adobe Creative Cloud.
La force de l’habitude, le poids dans les industries de la création et la complémentarité entre toutes les applications de l’Adobe Creative Suite font qu’il nous est souvent difficile d’imaginer s’en passer. Cet ensemble d’applications est de grande qualité, mais à plus de 60€, par mois, la question se pose régulièrement.

Dans un podcast, streetcast récent, je m’interrogeais à ce sujet.

L’illustrateur Michael Sexton, propose, sur son Patreon une liste d’alternatives à la Suite Adobe : Adobe Software Alternatives | Michael Sexton on Patreon.
C’est une chouette initiative, abondamment relayée, qui permet de se rendre compte qu’il existe une vie en dehors d’Adobe.

Dans cette liste, il manque forcément de nombreux logiciels comme la suite Coreldraw, et des logiciels de traitement photo/dessin purement mac : Acorn, pixelmator, Graphic converter…
Adobe Photoshop Alternatives and Similar Software – AlternativeTo.net

Sur iPad

Concernant l’illustration bitmap (Photoshop) ou vectorielle (illustrator) il existe aussi, sur iPad, iPad pro, toute une gamme de logiciels très performants concurrençant largement les versions « desktop » évoquées dans cette infographie, à des prix allant de gratuits à une vingtaine d’euros.

Illustration Type Bitmap (iPad) :

Illustration type vectorielle (iPad) :

Ces exemples ne sont pas exhaustifs, il existe encore bien d’autres alternatives.

Je ne parle que des domaines que je pratique…

Chez Adobe, je n’utilise personnellement que Photoshop : Formule Adobe Creative Cloud pour la Photo | Logiciel de retouche photo professionnel à 12€ par mois, mais régulièrement, je me pose la question. Récemment Adobe a annoncé ne plus autoriser que les versions récentes de ses logiciels. Utilisateur de la version 2018 de Photoshop, pour des raisons pratiques liées à l’utilisation de plug-ins non compatibles avec la version 2019 (et à quelques bugs de celle-ci), cette question n’a pas fini de revenir sur le tapis.

Pour mes autres besoins, j’utilise des alternatives, soit en achat ferme (suite Affinity, Clip Studio Paint…) soit en Open Source (Krita, Scribus…) :

Et vous ? Êtes-vous fidèles à Adobe, hésitez-vous à basculer ou réussissez-vous à vous passer d’Adobe, et de son système d’abonnements ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Premiers essais de Clip Studio Paint sur iPad.

Cette version est entièrement traduite en français, même l’aide, et visiblement avec de l’humour.

CLIP STUDIO PAINT est un logiciel graphique professionnel1 servant à faire de la Bande dessinée. Son nom d’origine est Manga studio, et c’est, en ce qui concerne la partie bande dessinée de mon travail, un outil essentiel, quasiment plus important que photoshop2 !
La nouveauté du jour, c’est une version ipad, pour ipad pro.

Chargement, installation.

Premières réactions à chaud, test express :

C’est Clip studio Paint, version Paint EX, comme sur mon Mac dans sa dernière version, mais sur ipad, avec les optimisations de l’interface pour que ça soit praticable, plus quelques gestes typiquement ipad (2 doigts pour annuler, 3 doigts pour rétablir) je me sens comme à la maison (mon enthousiasme est tel que j’emploi des expressions à la con).
Toutes les fonctions sont là, c’est fluide, ça marche, c’est génial.

Enregistrement

Pour enregistrer un fichier il faut s’abonner. 6 mois gratuits, puis ça sera 8€ par mois. Ça passe par l’Appstore. Malgré ma réticence aux abonnements, je n’hésite pas3.

Comme souvent sur iOS, ça enregistre dans l’application.

Mais pour exporter et importer ?
Je cherche…

et là, c’est le drame.

Il est possible d’importer et d’exporter des fichiers .clip (le format de Clip studio Paint) et .psd (comme d’habitude et comme sur la version desktop, les textes ne sont pas exporté comme calques Textes)…
Par Dropbox ?
Non
par iCloud ?
Non
par Drive ?
Non plus

Fin 2017, iOS 11, la meilleure application de dessin Manga, BD et illustration échange les fichiers entre ipad et Mac (ou PC Clip studio Paint existe bien sur sous windows) échange les fichiers en passant par… iTunes ! (avec câble)

iTunes !

5.Partager les œuvres entre iPad et PC – CLIP STUDIO TIPS

Bon, ça marche, c’est rustique mais ça marche.
(et ça m’a permis de constater qu’en 5 mois, je n’avais pas eu l’idée de brancher mon ipad sur mon mac)

Passé cet anachronisme, c’est absolument génial de retrouver une version complète d’un logiciel Mac (ou PC) sur son ipad.


  1. il faudrait que je fasse un article plus complet sur ce logiciel épatant. ↩︎
  2. au moins pour la partie storyboard, crayonné, encrage, je continue à finaliser les couleurs et la conformité des fichiers dans Photoshop. ↩︎
  3. Je paye bien mon abonnement Photoshop. ↩︎

(via Grande nouvelle pour les dessinateurs : Clip Studio Paint est disponible sur iPad | Slice42)

Voilà une belle nouvelle qui fait ma journée.
Sur mac, Clip Studio Paint (connu aussi sous le nom de Manga Studio) est un logiciel puissant et essentiel à mon travail. Je cherchais justement un logiciel me permettant de travailler sur mes BD en mobilité. Ça tombe bien, j’ai justement un ipad Pro. Impatient de tester.
6 mois d’essai gratuit, si cela s’avère efficace, il va falloir que je revois mon budget abonnement.